1/14

Quand l'amour transforme une vie

Il fait bon vivre à Ama Ghar

 

  

Souvenirs d'Ama Ghar

Quelques souvenirs de notre dernier séjour en décembre 2017 avec notre fille Nima.

Communiqué

Chers amis, chers donateurs,

Suite au reportage d’Envoyé Spécial, passé jeudi dernier (2 mars 2017) quant au danger du volontourisme, et son chapitre lié aux orphelinats de Katmandou au Népal, le comité d’Ama Ghar Suisse se devait de préciser plusieurs choses.

En quelques mots, le sujet abordait les orphelinats népalais qui se nourrissent d’un terrible trafic d’enfants, enlevés à leurs familles, afin d’alimenter des organismes locaux qui profitent eux de l’argent d’un volontarisme qui a le vent en poupe.


Alors oui, ce reportage se devait d’exister car oui, dangers il y a. Nous les connaissons depuis de longues années, nous n’avons pas le moindre dénis quant à ces pratiques plus que condamnables dans certains établissements. Mais il y a aussi un autre danger, tout aussi délicat, c’est celui de l’amalgame. 

Il faut savoir que tout enfant qui arrive dans notre demeure fait l’objet d’une stricte surveillance et de vérifications, avec entre-autre, un membre de notre staff local qui se rend systématiquement en personne dans les villages en question afin de bien vérifier tous les faits faisant l’histoire de l’enfant. 

Nous avons d’ailleurs eu, ces dernières années, des arrivées d’enfants de ces mêmes orphelinats mal attentionnés et reconnus coupables.

Tous les enfants d’Ama Ghar sont totalement libres de retourner chez eux, dans leurs villages, avec les leurs. Ils y vont d’ailleurs régulièrement, et toute personne qui s’est rendu sur place pourra le confirmer.

Ama Ghar reste une maison pour des enfants grandement défavorisés, avec comme seuls buts, leur offrir un environnement sain et une éducation solide pour leur futur et celui des leurs. Ils sont totalement libre et peuvent parler de leurs familles ouvertement.

Nous vous remercions du fond du coeur de ne pas faire un dangereux amalgame des problématiques évoquées dans ce reportage. La comparaison doit s’arrêter à la seule géographie de notre action.

Le comité reste plus que jamais à l’écoute de vos éventuelles questions quant à la sincérité de notre démarche.

Merci, merci pour eux.

Le comité Ama Ghar Suisse